Compagnie Virginie Brunelle À la douleur que j'ai

À la douleur que j'ai : À la douleur que j'ai

Quatre individus, aux prises avec les conventions sociales tentent de se libérer de leurs attaches. Sous le feu des projecteurs, au cœur du ring, ils se rencontrent, s’affrontent, et gagnent tantôt en animalité, tantôt en humanité. Au travers de cette amère poésie, la chorégraphe s’interroge ici sur l’inachevé – sur ce qu’il peut rester entre deux personnes – et offre cette action soutenue qui se fige dans le temps comme un souvenir : la douleur. Marque, lien ou repère (in)temporel, elle permet de porter un regard sur le groupe, la famille comme sur soi-même. Et dans une société contemporaine nourrie à cette substance dangereuse, Virginie Brunelle prouve que la douleur peut aussi être un pont émotionnel, une source de rencontre entre ses six interprètes et son public, une de celles qui ne laissera pas indemne.

Présenté en partenariat avec 

 


Lire la suite

Être membre Accès Plus

c'est se faire plaisir plus souvent à plus petit prix.

Devenez membre